Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal
SharePoint
Skip Navigation LinksAxema > Espace Presse > Publications

L'ANNUAIRE DES ENTREPRISES

Axema

Retrouvez les industriels du secteur de l'Agroéquipement et leurs produits.

Voir toutes les entreprises

le secteur de l'agroequipement

Axema

Le secteur regroupe des entreprises qui produisent et commercialisent des équipements et des matériels, fixes et roulants, destinés à divers utilisateurs.

En savoir plus

AXEMAG

Axema

Téléchargez la dernière parution d'AXEMAG, le journal des industriels de l'Agroéquipement

AXEMAG NUMERO 21

Consulter Axemag

AGRIEVOLUTION - Communiqué de Presse

15 juillet 2016 à Frankfort

​En 2016, le déclin du marché mondial des machines agricoles devrait ralentir quelque peu par rapport à l’année 2015​

Le marché mondial a chuté de 7% en 2015

Frankfort - 15 juillet 2016,

Apr​ès ajustement pour tenir compte des effets de change et des effets tarifaires, il a été constaté que le volume du marché mondial des machines agricoles a baissé de 7% en 2015. En Russie, en Inde, en Amérique du Nord et du Sud, le réel déclin de 2015 comporte deux chiffres. En revanche, la situation du marché au sein de l’Union européenne et en Chine a été plutôt stable jusqu’à présent. Enfin, le marché des machines agricoles en Turquie s’est développé de façon très positive.

Au cours de cette année 2016, la tendance à la baisse sur le continent américain se poursuit, et de façon plus prononcée en Amérique du Sud, où une légère hausse pourrait se produire à nouveau en 2017. Une reprise durable pointe déjà à l’horizon pour 2016 en Inde et en Russie. Le développement positif en Turquie, toutefois, est en train de se stabiliser. Pour les deux principaux marchés, l’Union européenne et la Chine, une chute de 5% est attendue en 2016. Par conséquent, au courant de cette année, la baisse du marché mondial serait moins importante qu’en 2015.

Des modifications des taux de change ont considérablement faussé le résultat de 2015

Calculée en valeurs nominales dans une monnaie unique, l’estimation du volume du marché international sert principalement à déterminer les parts régionales du marché mondial et, éventuellement, à effectuer une comparaison avec le résultat économique de groupes apparentés utilisant la même monnaie.

En 2015, le volume nominal du marché international basé sur l’euro, avec 100,7 milliards, était même légèrement au-dessus du niveau de l’année précédente (2014 : 100,3 milliards d’euros). Cependant, en dollars américains, avec 111,7 milliards, il était inférieur de 16% par rapport à l’année précédente (2014 : 133,3 milliards de dollars américains).

Une comparaison régionale de la croissance du volume en valeurs nominales dans une monnaie unique est peu utile pour 2015, car les résultats de cette année-là ont été particulièrement influencés par des modifications des taux de change (cela devrait être également le cas en 2016, notamment à cause du Brexit).

En 2015, les résultats des taux de change nominaux ont été, en partie, considérablement faussés en raison de la réévaluation de plusieurs monnaies par rapport à l’euro. Ceci inclut, tout particulièrement, la réévaluation du dollar par rapport à l’euro de presque 20%. Le Renminbi chinois a grimpé de presque 17% par rapport à l’euro, et le Yen japonais de plus de 4%. Mais les monnaies d’autres pays producteurs et acheteurs ont aussi été, en partie, réévaluées par rapport à l’euro d’un pourcentage à deux chiffres. Par conséquent, le volume des ventes des pays concernés par la réévaluation, en euro, s’est accru en raison des augmentations de prix, c’est-à-dire : dans la majorité des pays concernés par la réévaluation, il existait déjà des taux de croissance liés à la monnaie comparé à l’année précédente. Mais le contraire est également survenu : des baisses de revenus, en euro, pour la Russie et le Brésil sont encore plus dramatiques car, dans ce cas, la monnaie nationale respective était significativement dévaluée par rapport à la monnaie commune en 2015.

La part de production de la Chine en 2015 est, pour la première fois, supérieure à celle de l’Amérique du Nord​​

Lorsque l’on étudie la production de machines agricoles, on se rend compte qu’il y a trois principales zones de production : l’Europe de l’Ouest, la Chine et l’Amérique du Nord, qui représentent environ 70% de la production de machines agricoles dans le monde. Avec une part de 28%, l’Europe de l’Ouest continue à être le site de production leader. Par ailleurs, l’industrie européenne a su prouver qu’elle était solide : la part européenne de production reste stable, elle se situe au niveau des années précédentes, malgré la situation tendue du marché mondial, alors que la production d’Amérique du Nord a perdu du terrain. En revanche, le site de production chinois continue à se développer de façon positive, de telle sorte que la part de la Chine est, pour la première fois de l’histoire, supérieure à celle de l’Amérique du Nord, ce qui, toutefois, devrait être un phénomène uniquement temporaire. Les sociétés européennes et américaines bénéficient également de ces hausses de ventes, de façon immédiate.

Quant au commerce extérieur, l’Amérique du Nord et l’Europe de l’Ouest dominent toujours. La production en Amérique du Sud, en Chine, en Inde et en Turquie est (toujours) fortement axée sur le marché national. Cependant, les parts de l’exportation ont, en partie, considérablement grimpé (en 2015, la Chine représentait déjà 10% des exportations mondiales totales), principalement en raison de la demande sur les marchés émergents et en développement, qui offrent un énorme potentiel de mécanisation dans le domaine de l’agriculture et où il existe, partiellement, des conditions cadres et des structures de la demande similaires à celles des marchés nationaux.

Le Japon et la Corée du Sud sont des sites de haute technologie bien établis, avec des machines spéciales permettant un meilleur rendement avec de petits éléments, par exemple pour la culture du riz. Tout particulièrement en ce qui concerne les tracteurs, ils ont déjà, depuis un certain temps, un volume considérable d’exportations sur les marchés matures d’Europe et d’Amérique. Les installations de production dans la Communauté des états indépendants, y compris la Russie, l’Ukraine et la Biélorussie, ont, de façon continue, réduit leur production lors des deux dernières décennies, mais cette tendance est susceptible de se renverser dans un avenir proche, en raison des mesures protectionnistes et des aides proposés par les états.

 Annex 8_Key figures and forecast report_FR_2.docx.jpg

Annex 8_Key figures and forecast report_FR_3.docx.jpg

Annex 8_Key figures and forecast report_FR_4.jpg


À propos de l’Alliance Agrievolution  www.agrievolution.com

L’Alliance se compose de 13 organisations représentant plus de 6 000 fabricants d’équipement agricole dans le monde. Sa mission est de partager des données, de créer des prises de conscience, d’exercer des influences, de faciliter la collaboration et de donner des conseils et des points de vue sur les problèmes actuels que rencontre le secteur dans le monde, ainsi que sur les prochains défis. Membres de l’Alliance : ABIMAQ (Brésil), AEA (Royaume-Uni), AEM (Etats-Unis), AXEMA (France), CAMDA (Chine), CEMA (Union européenne), FEDERUNACOMA (Italie), FICCI (Inde), JAMMA (Japon), KAMICO (Corée du Sud), Rosagromash (Russie), ANSEMAT (Espagne), TARMAKBIR (Turquie), VDMA (Allemagne).

 

Philip Nonnenmacher,

Comité économique d’Agrievolution 

Axema